mardi 29 mars 2016

WEEK-END PASCAL A DAMAS


Charmant week-end pascal à Damas aimablement organisé par l'association Al Karma (association syrienne proche du gouvernement) pour une délégation parlementaire Les Républicains quelque peu surréaliste et flanquée de gentils compagnons de voyages formant un assez joli bouquet d'ultra-droite, toutes tendances mélangées. 

En tête de cortège, et nous dirons donc en hors-d'oeuvre mais pas des moindres, on trouve l'incontournable association SOS Chrétiens d'Orient, dont les liens avec l'extrême-droite et le régime dictatorial de Bachar Al-Assad ne sont plus à prouver. Son président, Charles De Meyer, est l'assistant parlementaire du député maire d'Orange Jacques Bompard (Ligue du Sud) mais aussi un ancien membre du Printemps Français, mouvement anti-mariage pour tous proche des milieux identitaires. Dans les rangs de SOS Chrétiens d'Orient on remarque des identitaires bien connus tels que Maxime Gaucher (Rebeyne) Damien Rieu (Génération Identitaire) ou encore François-Xavier Gicquel (Jeunesses Nationalistes)

Quid des parlementaires de cette délégation ? Pour ce repas de fête nous commencerons par deux plats de résistance dont on ne se risquera pas à les qualifier d'agneaux ! Ils en sont très loin, ainsi que le témoignent leurs engagements politiques à la droite de la droite :

On ne présente plus Thierry Mariani (député de la 11e circonscription des Français établis hors de France - Asie, Europe de l'Est et Océanie - membre de la Droite Populaire) qui a profité d'une balade dans les souks de Damas pour manifester son admiration à Vladimir Poutine en twittant une photo de goodies à l'effigie du président russe. De ce politique dont les prises de position sont dangereusement proches de l'extrême-droite on retiendra deux amendements anticonstitutionnels au projet de loi sur l'immigration qui sont restés dans les mémoires :

  • le recours aux tests ADN lors de la délivrance des visas de plus de trois mois au titre du regroupement familial
  • l'autorisation de statistiques raciales et ethniques 

Egalement membre de cette joyeuse troupe, Nicolas Duicq (député maire de Brienne le Château - Aube - membre de la Droite Populaire) fervent admirateur de Vladimir Poutine et Bachar al-Assad, qui a voté contre la résolution de l'inscription de l’IVG comme droit fondamental dans la constitution et auquel on doit notamment des analyses telles que "les enfants des homos sont des terroristes en puissance" (Manif Pour Tous - 2012) 

Les accompagnaient dans ce voyage  des députés  Les Républicains que nous qualifierons sobrement de garnitures :

  • Valérie Boyer (maire du 6ème secteur de Marseille - membre de la Droite Populaire) 
  • Michel Voisin (député maire de Replonges - Ain - membre de la Droite Populaire) 
  • Denis Jacquat (conseiller départemental du canton de Metz 2)

Pour le fromage et le dessert notons la présence d'un panel hétéroclite d'extrême-droite qui propose une valse des desserts, pro-russe comme il se doit :

  • Julien Rochedy (ex responsable du FNJ) 
  • André Bercoff (journaliste de Valeurs Actuelle) ardent défenseur des apéros "saucisson-pinard"
  • Pierre Gentillet (ex-président des Jeunes de la Droite Populaire, président du Cercle Pouchkine
  • Alexandre Mustapha (vice-président du Cercle Pouchkine)

La gentille animatrice low-coast de ce week-end n'était autre que Charlotte d'Ornellas, journaliste prétendument indépendante qui signe l'édito d'un webzine gratuit du nom de "France"  dernier-né des médias patriotes. Dans ce premier numéro de 92 pages on retrouve un grand entretien (Marion Maréchal Le Pen) une analyse (le PS) des interviews (Jean-Yves Le Gallou, Renaud Camus) des reportages de terrain (Calais, la Syrie) des dossiers (Immigration, les Frères Musulmans) une page d'histoire (Verdun) une enquête (le grand retour des généraux) des tribunes libres et bien entendu une sélection de livres dont je vous laisse imaginer l'orientation ! Le tout semé de publicités pour Boulevard Voltaire, TV Libertés...  Cerise sur le gâteau, le photographe attitré n'est autre que Damien Rieu ! Preuve que passer par le service communication de la mairie de Beaucaire mène à tout #tremplinpourlesidentitaires

Tout ce petit monde est revenu de Syrie des étoiles plein les yeux avec un unique message : la France doit relancer ses relations diplomatiques avec Bachar al-Assad, ce grand homme qui fait tant pour son peuple ! Exit les bombardements du peuple syrien par son propre président, exit les massacres imputés à l'armée régulière syrienne et le bilan d'au moins 260 000 morts en cinq ans de guerre civile ! Oubliées les raisons très graves qui ont motivé la fin d'une représentation française à Damas ! Non, la délégation d'excités nationalistes prône une admiration inconditionnelle de ces deux grands hommes que seraient Bachar al-Assad et Vladimir Poutine ! Les Chrétiens d'Orient ne sont pour eux que le moyen de faire passer leur sulfureux message, de ce qu'ils subissent ils n'en ont rien à faire. Oh ils en parlent épisodiquement, à Pâques et à Noël, puis ils les remisent au placard pour aller festoyer entre gens de cette ultra droite qui s'ancre insidieusement au coeur de notre République, chaque jour un peu plus. Parce que finalement, entre bons français patriotes, souverainistes, nationalistes, fascistes, réactionnaires, identitaires et autres frappés on est si bien ! Festoyons sur les ruines braves gens ! Festoyons pendant que d'autres guerroient pour des causes justes comme jamais plus nous ne saurons le faire. Pour cela il faut des couilles et ces braves gens n'en ont pas. Ils n'ont que de la gueule, et elle pue...

Vous je ne sais pas, mais moi tout cela me donne furieusement envie de prendre une longue douche pour me débarrasser de la puanteur qui s'en dégage ! Oui ce n'est pas politiquement correct de mettre dans un même sac tous les membres de cette délégation parlementaire qui s'est envoyée seule, contre l'avis du gouvernement, dans une mission dégât à fort taux de suicide politique. Ils alimentent ainsi la thèse du "tous pourris" chère au Front National et aux pseudos révolutionnaires qui oscillent sur le fil du rasoir entre l'extrême-gauche et l'extrême-droite. Si vous soufflez dessus vous les verrez basculer dans les bras de leurs "camarades" de révolte, et si nous avons de la chance ils se noieront dans le verre d'eau qu'ils voient toujours à moitié vide... Pour finir je ferais remarquer à tous ces braves lecteurs qui ne manqueront pas de hurler au scandale qu'un peu de culture politique, à défaut de culture tout court, ne leur ferait pas de mal. Ainsi ils comprendraient peut-être ma démarche. Qu'ils ne sont absolument pas tenus d'approuver, je ne fais qu'exprimer mon sentiment : le dégoût.

Nota Bene

1/ Cercle Pouchkine
Un petit mot sur le Cercle Pouchkine qui a "vocation à contribuer au rapprochement entre la France et la Russie notamment en favorisant un dialogue efficace au sein de la société civile entre les jeunes pousses issues des milieux politiques, économiques, associatifs et culturels" Bref ! Il s'agit ni plus ni moins de former un encadrement économique et politique russophile pour établir plus profondément les racines nationalistes entre les deux pays. Fondé par nos deux baroudeurs, ce cercle très actif fait est parrainé par quatre personnalités qui fleurent bon l'extrême-droite la plus infréquentable :
  • Thierry Mariani (lire plus haut)
  • Henri de Grossouvre (chevènementiste, directeur du Forum Carolus)
  • Xavier Moreau (fondateur de Stratpol) le site Egalité et Réconciliation d'Alain Soral vante ses analyses et Kontre Kulture vend ses ouvrages
  • Alexandre Latsa (journaliste pour de nombreux médias d'extrême-droite) fondateur du web média pro russe Dissonances
2 / Droite Populaire
Mais qu'est-ce que la Droite Populaire ? C'est une association politique et un courant du parti politique français Les Républicains, fondé par Thierry Mariani, Lionnel Lucca, Richard Mallié et Jean-Paul Garraud. La Droite Populaire rassemble 26 députés français, 1 sénateur, 1 conseiller régional, 30 maires et 1 eurodéputé, tous membres du groupe parlementaire Les Républicains. Un tiers des 42 signataires initiaux est de la région PACA. Leur démarche ? Mettre en avant des thématiques sur l’identité française, la sécurité ou l’immigration. On leur doit ainsi des prises de position radicales en faveur d'un rapprochement entre l'UMP et le FN, la pétition contre le droit de vote des étrangers (19 octobre 2011) et leur soutien à Eric Zemmour...

jeudi 17 mars 2016

Putes, dealers et autres loisirs...


Des putes à Beaucaire ? Et des dealers ? Ciel quelle horreur ! Comment cette petite ville tranquille si bien gérée par notre maire Front National a-t-elle pu en arriver là ? En toute bonne foi nous avons cru à ses promesses de campagne, il devait mettre un terme à l'insécurité, nettoyer la ville de ses dealers, cambrioleurs, agresseurs et autres plaies qui nous font frissonner de peur dans les ruelles le soir ! Quand d'aucuns soutenaient qu'il n'y avait que peu d'agressions à Beaucaire mais surtout des incivilités, Julien Sanchez brossait les seniors dans le sens du poil en affirmant que s'il était élu il sécuriserait la ville pour leur permettre de finir leurs jours dans le plus parfait des bonheurs. 

Bizarrement la situation semble s'être aggravée depuis sa prise de fonction. Vols à l'arrachés, recrudescence d'incivilités, vagues successives de cambriolages, trafics de drogues en tous genres, agressions... Il y a cette gentille vieille dame fragilisée par l'âge et des problèmes de santé qui s'est fait violemment agresser voici quelques semaines et qui aurait été tellement heureuse de recevoir un témoignage de sympathie de la part du maire ! Niet ! Elle ne doit pas être adhérente du Front National la pauvre, donc aucune considération, aucun coup de téléphone, pas de bouquet de fleurs, pas de visite surprise... Dur, dur la vie des seniors dans notre ville ! 

Comme si cela ne suffisait pas de voir chaque jour le même groupe de jeunes dealer ouvertement à l'angle de la rue Roger Pascal et de la rue Ledru Rollin (quasiment sous mes fenêtres) parfois même sur la place de la mairie face aux fenêtres du maire (les beaucairois du centre ancien les voient agir chaque jour) harceler ouvertement la gent féminine (cela les divertit beaucoup et les pauvres n'ont guère de loisirs) insulter quelques personnes choisies au hasard (cela les maintient éveillés) et s'amuser bruyamment d'un rien... 

Et voici qu'à tout cela s'ajoutent désormais des faits avérés de proxénétisme et des interpellations qui s'étalent dans la presse locale, desservant à nouveau cette image lissée de Beaucaire à laquelle Julien Sanchez travaille pourtant si durement ! Les beaucairois, qui vivent dans une ville de 16500 habitants mais s'imaginent toujours que leur ville est en fait un charmant village, sont indignés ! Pensez donc ! Des putes dans le centre ville, arpentant peut-être ces rues dans lesquelles ils ont grandi, menant leurs petites affaires dans les arrières salles de commerces fermés depuis des lustres, frôlant leurs maris les jours d'affluence et contaminant leurs adolescents d'un seul regard... Insupportable ! Très peu de voix se sont élevées depuis quelques mois pour prendre la défense de ces femmes que des marchands de chair avides d'argent facile mettent sur le trottoir ou enferment dans des pièces isolées. Non, à Beaucaire les pauvres ont eu droit à des insultes, des menaces et à cette délation jouissive qui se pratique à l'envie depuis que la municipalité a pris le dangereux virage de l'extrême-droite. L'affreux mot de proxénétisme ma foi n'est pas celui qui les inquiète le plus, non ce sont plutôt "toutes ces femmes" qui se dissimulent derrière... Tendre la main ? Pour quoi faire ? Force est de constater que blâmer l'immigration et la politique nationale est plus facile et n'engage aucune responsabilité. Attitude que très certainement la municipalité, comme à son habitude, confortera très bientôt dans un réjouissant communiqué semé de ces petites formules qui balancent entre autoritarisme et incitation à la haine en attisant plus encore les peurs populaires. Reconnaissons à Julien Sanchez que s'il nous ressasse toujours le même discours au moins il l'écrit bien !

On les sentait arriver ces interpellations ! Mais depuis le temps que cela se fait sous le nez de la police municipale on peut légitimement se demander à quoi peut servir d'augmenter les effectifs et le nombre de caméras de vidéo surveillance. Non ? Souvenons-nous des promesses de campagne de Julien Sanchez prononcées notamment lors du meeting de Marine Le Pen venue si gentiment le soutenir un mois avant le premier tour des municipales :

"Nous doublerons les effectifs de la police municipale. Elle travaillera sept jours sur sept, y compris la nuit. Beaucaire a une image déplorable à cause d’une cinquantaine de caïds qui font la loi. Nous ne voulons plus de ça !"

Un seul constat s'impose : pour les dealers, les proxénètes et les petits cons en tous genres, la vie est cool à Beaucaire ! Dans notre belle ville tout va bien, et Julien Sanchez l'affirme en couverture du magazine municipal "Pour relever Beaucaire, rien ne m'arrêtera". On se dit que peut-être il ne sait pas vraiment ce qu'il doit relever...
#gestionbonpèredefamille #traficdedrogue #proxénétisme #agressions #incivilités #cambriolages

vendredi 11 mars 2016

ARROGANCE ET MENSONGES


Sitôt Julien Sanchez sorti du Tribunal de Grande Instance de Nîmes la ville de Beaucaire a pondu l'un de ces communiqués coup de poing dont elle a le secret ! Celui-ci est truffé d'affirmations mensongères, les élus et le cabinet du maire se substituant à la justice et s'arrogeant le droit de juger en lieu et place du Tribunal qui ne manquera pas d'apprécier... Nous espérons vivement que le président Jean-Pierre Bandiera lira ledit communiqué qui en dit long sur l'autoritarisme dont fait preuve notre maire en toutes circonstances, se mettant au-dessus des lois et s'en gargarisant ouvertement ! 

A commencer par l'intitulé qui prétend que les commerçants sont incapables de prouver les faits discriminatoires, ce qui est faux. Pour avoir assisté au procès je puis assurer que les faits en question ont été largement démontrés.

Absolument tout ce que vous verrez souligné ou encadré en rouge sur ce communiqué est mensonger. Julien Sanchez tourne les faits en sa faveur alors qu'en vérité il doit sentir passer le vent du boulet ! Dès la première ligne nous voilà informés que les résidents de l'EHPAD Gaston Doumergue de Beaucaire subissent les nuisances sonores de la rue Nationale, laquelle se situe près de 300 mètres en contrebas, l'EHPAD étant séparée des commerces mis en cause par deux pâtés de maison conséquents... L'ouïe des résidents, remercions-en les dieux et les bons soins du personnel soignant, s'est considérablement améliorée ! Au vu de la qualité des soins de cet établissement je vais de ce pas y réserver une place pour mes vieux jours !

S'ensuit une petite ligne qui affirme que le tribunal a décidé de ne pas condamner Julien Sanchez. Faux : le tribunal n'a rien décidé, il demande un complément d'enquête pour rendre son verdict en diligentant le SRPJ de Montpellier pour vérifier l'existence des plaintes et mains courantes des beaucairois sur lesquelles s'appuie la défense du maire pour justifier la prise des deux arrêtés à l'origine de la plainte des commerçants. Les enquêteurs devront également s'assurer que le maire a bien reçu un courrier du Préfet du Gard lui demandant de revenir sur le contenu desdits arrêtés, jugé discriminatoire. On voit bien qu'il n'est ici nullement question du dossier des commerçants mais bien de celui de Julien Sanchez. Indiscutablement !

Je vous laisse apprécier le long paragraphe sur la prétendue nullité du dossier des parties civiles, leur incapacité à faire la preuve de discriminations et d'islamophobie, s'achevant sur une auto congratulation de la ville qui estime qu'en l'état il n'y a pas lieu de condamner son maire. Depuis quand une municipalité est-elle compétente pour juger un dossier de correctionnelle ? Si les élus frontistes de Beaucaire ou les collaborateurs actuels du maire pouvaient se prétendre juristes nous en serions informés. Or nous pouvons sans ciller affirmer que ce n'est pas le cas, loin s'en faut ! Les beaucairois subissent leur incompétence depuis près de deux ans à tous les niveaux de gestion de notre ville, le rapport d'orientation budgétaire que nous essayons de digérer en étant la toute dernière confirmation. Au vu de son contenu nous comprenons que Julien Sanchez ait dénié à l'opposition le droit d'en débattre, cela n'aurait pas été à son avantage.

Bref ! Ne nous égarons pas et revenons à notre premier magistrat une fois encore sur le banc des accusés. Foin de toutes ces considérations juridiques qui entravent ses actions, le maire a d'ores et déjà décidé qu'il n'hésiterait pas à prendre de nouveaux arrêtés à l'identique de ceux qui lui sont reprochés. Nous nous posons la question de savoir s'il a légalement le droit de le faire alors qu'il est en procès pour les premiers, pour l'instant nous ne pouvons affirmer qu'il ne le peut mais nous espérons qu'il aura l'intelligence d'apaiser une situation conflictuelle et de cesser de dresser les beaucairois les uns contre les autres. Nous lui rappelons qu'il est le maire de TOUS les beaucairois sans distinction et que de ce fait il est tenu de traiter TOUS ses administrés sur un pied d'égalité. Cela inclut notamment de ne pas créer de tensions en prenant des décisions motivées par de bien peu louables intentions. Nous sommes, nous beaucairois soucieux du vivre ensemble et attentifs à ne pas laisser croître racisme et discrimination dans notre ville, en droit de mettre en doute ses desseins au vu des ses décisions successives depuis son élection.

Je vous laisse apprécier la conclusion larmoyante de ce communiqué qui fustige les maires du Gard en leur donnant une leçon de morale des plus déplacées. Nul doute qu'eux aussi, à l'image du président Bandiera, apprécient l'arrogance de nos élus frontistes. Tout cela ne grandit pas Beaucaire...

samedi 5 mars 2016

EGO NON TE ABSOLVO


Rien ne va plus ! Faites vos jeux ! La roulette politique du Front National tourne désespérément sur elle-même et son public ébaubi attend le résultat langue pendante sans paraître comprendre qu'il ne sera pas celui escompté. Tout repose sur la communication, fût-elle mauvaise et bas de gamme. Et cela fonctionne tellement bien que les autres partis feraient bien d'en prendre de la graine.

Prenez par exemple la succession de communiqués dont nous gratifie généreusement Julien Sanchez, toujours soucieux de renforcer les liens qui l'unissent à une partie de ses administrés, partie peu regardante sur la qualité dont il sait pertinemment que ses envolées lyriques et victimaires les satisferont dès la première ligne. Le dernier en date vous frappe en plein coeur et s'écrit en gras pour que vous ne le manquiez pas : "Pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font" (Luc 23:34) parole du Christ prononcée immédiatement après sa crucifixion... Vous je ne sais pas, mais moi j'ai eu une absurde montée d'angoisse en visualisant notre pauvre maire crucifié en place publique par ses détracteurs et nous livrant son testament dans un ultime sursaut de cette bonté que nous lui connaissons tous ! Attaqué de toutes parts, victime en quelque sorte de son succès et de ses gestes désintéressés, il parvient malgré tout à pardonner à ceux qui lui veulent du mal... Admirable ! 

En neuf petites phrases pleurnichardes et provocantes il se met en scène sur le bûcher, se lie les mains, s'entrave les pieds et vient s'étaler au pied des beaucairois en pleurs. Une prouesse sans égale causée par une simple requête de la Ligue des droits de l'Homme qui s'émeut, à juste titre, de la présence réitérée d'une crèche dans la mairie de Beaucaire. Ostensible provocation de la part d'un élu de la République tenu de respecter les fondements de la loi de 1905 qu'il piétine allègrement en une petite phrase "J'entends ainsi continuer à défendre en toutes circonstances ce qui fait la France depuis bien avant 1905". Dans cette optique Julien Sanchez entend probablement un jour supprimer les registres d'état-civil pour s'en tenir aux registres paroissiaux, ce qui économiserait du temps de travail aux agents municipaux et des achats de papier à la municipalité. Tout est possible ! Et comme le disait ma chère grand-mère "quand on veut on peut". Elle nous glissait cela entre "Aux pays des aveugles les borgnes sont rois" et "A vaincre sans péril on triomphe sans gloire" deux préceptes martelés à bon escient qui ont guidé mes choix de vie. Ce qui de toute évidence n'est pas le cas de notre maire. Il n'y a nulle gloire dans les agissements de Julien Sanchez, nul panache dans ses pseudos victoires sans combat, et tellement d'aveugles à Beaucaire qu'en effet il y est roi. Pour l'instant. Mais la cataracte s'opère très bien de nos jours, aussi ne désespérons pas de parvenir à ouvrir les yeux de tous ceux qui se laissent aveugler par la poudre pailletée qu'il dispense généreusement depuis le balcon de l'hôtel de ville.

Cet exaltant communiqué se clôt par une locution latine : "Ego te absolvo", abréviation de la formule qu'emploient les prêtres lors de la confession. Péché d'orgueil s'il en est, car de prêtre il n'a aucune des qualités requises. Sans doute est-ce la résurgence d'une vocation de jeunesse ? Il est de notoriété publique que notre maire est entré au Front National comme d'autres entrent en religion. Toujours est-il qu'en le lisant je vous avouerais qu'un bref instant j'ai imaginé notre maire vêtu de la sobre soutane noire des pères jésuites et que je ne m'en suis pas encore remise ! Pourquoi les jésuites et pas quelque ordre plus modeste ? Soyons francs. Si la modestie ne lui sied guère, la formule d'obéissance toute particulière des pères jésuites, dite "perinde ac cadaver" c'est-à-dire "comme un cadavre", colle à merveille à celle qu'il pratique depuis l'âge de 16 ans envers le Front National. Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus, la définit ainsi : "Que chacun de ceux qui vivent sous l’obéissance se persuade qu’il doit se laisser mener et diriger par la divine Providence au moyen des Supérieurs, comme s’il était un cadavre qui se laisse remuer et traiter comme on le veut". C'est donc une forme d'obéissance ascétique qui n'est pas sans rappeler celle qui se pratique dans certains appareils politiques, et notamment au Front National. Plus près de nous, au sein de la majorité municipale, il n'est qu'à voir les comportements serviles des élus pour comprendre que l'obéissance est la règle absolue. Ceci explique-t-il le turn-over vertigineux des embauches au cabinet du maire et à la communication de la mairie depuis avril 2014 ? La question mérite d'être creusée.

Julien Sanchez s'imagine sans doute que guider les beaucairois vers sa conception toute frontiste, identitaire et antirépublicaine de la laïcité lui ouvrira les bras qui lui sont encore fermés. Et probablement trouvera-t-il bon accueil dans certains notoirement peu exigeants, mais les coups d'éclat et les promesses ne suffisent pas. Il en va des électeurs comme des putes : si vous ne payez pas assez les premiers vous tournent le dos, et les secondes vous virent de leur couche ! Ce n'est pas avec une crèche provençale, quelques fleurs et des torrents de larmes qu'il convaincra sur le long terme. La municipalité ne se chargeant pas des dépôts sauvages d'ordures ménagères il arrivera un temps où les beaucairois se lasseront de ramasser ses kleenex...


PS : N'oublions pas la petite phrase assassine sur les l'attribution des subventions par des "élus irresponsables et dépensiers" et rappelons que le Front National vote régulièrement contre les subventions attribuées aux associations comme la Ligue des Droits de l'Homme et la Ligue de l'Enseignement qui luttent contre le racisme, la discrimination, promeuvent l'éducation populaire et le vivre ensemble et préservent la laïcité. C'est là que la bât blesse, certains élus antirépublicains refusant de se soumettre aux lois en vigueur dans notre République. Mais la provocation c'est comme un feu d'artifice, au bout d'un moment pfftttt... !!! Il s'éteint. Et on se retrouve comme des cons à regarder un ciel vide. Accablés par l'infiniment plus grand. Plus de meubles à sauver, il ne reste que la soutane et l'humilité. Ce n'est pas tout à fait ce à quoi aspire le plus ambitieux de nos politiques locaux, n'est-ce pas monsieur le Maire ? Et à force de pleurnicher il ne reste même plus de kleenex...